Vous êtes ici --- > Le Site du Carpriverclub > Nos coins de pêches > Accueil

Où pêcher la carpe dans notre département ? -Riviere-   -Nos étangs-  Secteur de nuit

Par Thierry, le 19/12/2006 à 20h17
PECHE DE NUIT    par Richard Jacqueline


Obtenir des parcours autorisés à la pêche de nuit de la carpe sur tout le territoire français, est devenu la principale revendication des carpistes de l'hexagone. Mais mettons nous toutes les chances de notre côté pour obtenir gain de cause à nos demandes ? Presque vingt ans de vie associative consacrée à la pêche, m’ont prouvé que par l'explication et le dialogue, on peut faire accepter des projets qui n'auraient jamais vus le jour autrement.
Connaître l'organisation et les structures du monde de la pêche doit être une des priorités des pêcheurs désireux de faire bouger les choses.
Les AAPPMA ont un pouvoir presque total sur la gestion de leurs parcours. C'est sur la demande de ces associations que la fédération départementale accorde , avec l'accord du préfet, les autorisations de pêche de nuit. Il est donc primordial d'entamer le dialogue dans les meilleures conditions avec les membres d'un conseil d'administration pour les persuader du bien fondé de vos demandes pour obtenir gain de cause.


J'ai constaté qu'un nombre encore important de carpistes manifestaient leurs revendications et leurs doléances au bord de l'eau. Bien qu'intéressante ce genre d'attitude a peu de chance d'aboutir à un quelconque résultat. La première chose à faire si l'on désire obtenir des parcours de pêche de nuit est de prendre contact avec les responsables de la gestion de ces parcours. Une approche devra se faire par un courrier argumenté présentant un projet en rapport avec le nombre de carpistes présents dans la région. Mettre en avant l'éthique qui nous anime, les respects que nous avons pour nos captures, s’engager à respecter les lieux qui nous seront accordés. Ce qui implique de respecter la végétation et de laisser place nette après chaque session de pêche. Pour prouver notre bonne foie, demander des contrôles de la garderie, qu’elle soit du conseil supérieur de la pêche, ou bien des gardes privés assermentés de l'AAPPMA.


Ne pas oublier de mettre en avant l’aspect économique et touristique de notre passion , qui à l’heure actuelle représente plus de rentrées financières que les espèces dites nobles comme le saumon ,car la carpe est présente dans beaucoup plus de régions et en plus grand nombre, et personne n’est insensible à l’aspect économique.

Demander dans votre courrier un rendez-vous . Une explication de vive voix permet parfois d’aplanir les dernières difficultés . Si malgré votre bonne foie , vous obteniez une fin de non recevoir de vos interlocuteurs , il vous restera la solution de tenter de faire approuver vos demandes par l’assemblée générale de l’association qui se réunit chaque année.


Pour avoir toutes les chances lors de l’assemblée, il est conseillé d’avoir le plus de pêcheurs possible qui adhérent à votre cause . Aucun carpiste ne devra manquer à l’appel ,le soutien de nos camarades pêcheurs de carnassier ,truite, blanc, ect… nous sera d’un grand secours . L’expérience m’a démontré que lors de ces assemblées le groupe d’individus qui avait le plus de personnes à prendre la parole obtenait dans la plupart des cas gain de cause . La majorité silencieuse suivant souvent la minorité la plus véhémente , et ayant le plus d’arguments .
Car il faut bien être conscient que dans la délivrance des parcours autorisés à la pêche de nuit, ce n’est pas la protection de la carpe qui inquiète la plupart des dirigeants mais les captures éventuelles de carnassier et tout particulièrement du sandre. Poisson qui, il n’y a pas si longtemps, était accusé de produire bien des dégâts dans les cours d’eau de deuxième catégorie .Comme quoi dans le monde de la pêche comme dans bien des domaines les mentalités .évoluent

Et si malgré toute votre bonne foi vous n’obtenez pas satisfaction, ce n’est pas le système associatif qu’il faut remettre en cause mais la frilosité ou l’incompétence des dirigeants élus du monde de la pêche . C’est à nous pêcheurs de remettre de l’ordre dans la maison associative. La solution passe par une présence importante lors des assemblées générales . Lors de ces réunions ne pas hésiter à prendre la parole ,donner son point de vue , argumenter, expliquer, bousculer l’ordre établi .
Dans le département de la Manche nous avons obtenu des AAPPMA, que nous avons sollicitées, la presque totalité de ce que nous demandions.


Parcours de nuit , étang pour produire nos carpes de ré empoissonnement , aide financière , et peut-être ce qui est le plus important pour nous ,la reconnaissance de notre action par la fédération départementale des pêcheurs à la ligne .
Mais ceci ne s’est pas fait tout seul. Certains d’entre nous se sont investis, ont pris des postes à responsabilités au sein des AAPPMA. Nous avons participé à différentes manifestations locales , salon de la pêche ,de la chasse et de la nature, salon des associations ,fête de la pêche en organisant des démonstrations . Pour notre plaisir ,et pour faire connaître notre passion de pêcheur de carpe près des jeunes et moins jeunes , nous avons créé et nous participons aux écoles de pêche . Nous sommes conscients que nous demandons un plus , et c’est pour faire accepter ce plus que nous nous sommes fait connaître .
Malgré les difficultés que nous rencontrons parfois près des associations de pêche pour faire accepter nos revendications de pêcheur de carpe , nous devons rester attachés a la pêche associative .
Si demain la pêche associative disparaissait, combien d’entre nous, pourraient ou voudraient comme à l’heure actuelle pratiquer leur passion huit à dix jours par mois sur des parcours privés sur pêchés, avec des carpes de provenance parfois douteuse, prises et reprises dix ou vingt fois dans l’année.


Où se cache le plaisir de la traque de la découverte des beaux et grands poissons encore sauvages de nos rivières , étangs , fleuves et lacs, ceux qui, une fois pris, nous font admirer leur robe encore vierge de tout contact de l’être humain . C’est cet instant fait de plaisir et peut-être de culpabilité d’être le premier à toucher cet être arraché à son élément pour la première fois qui fait le plaisir de la pêche.
La pêche associative doit être défendue , elle reste la pêche sociale , celle où tout membre peut exprimer un homme une voix.. Elle doit faire l’objet de mesures pour l’adapter à l’an 2000.Si elle disparaissait ce sera le fait d’incompétents et d’imbéciles imbus de leur pouvoir qui n’ont rien compris à l’évolution de notre passion : la pêche.
Les imbéciles et les incompétents sont là , à qui la faute ?
Richard Jacqueline.    le 5/01/2004

Secteur de pêche de nuit

Par Tbr, le 19/12/2006 à 20h17
les secteurs


1-Rivière la Vire: Du pont de la R.D.999, Lieu - dit" Candol"( Saint Lô ) au pont de la R.D 972 à Saint Lô

2-Rivière la Vire: Du barrage du Maupas au pont de la route N174, commune de pont Hébert, rive gauche. Du barrage des clies de Vire à la hauteur la hauteur de l'ancienne carrières, communes de la meauffe rive droite (ruisseau de jouenne).

3-Rivière la Douve : De son entrée dans la commune de beuzeville-la-bastille au pont de la R.D 67 à beuzeville-la-bastille ( parcours limité à la rive droite ). De la mare St martin à Liesville sur Douve jusqu'à l'embouchure de la jourdan en rive gauche de Carenatn.

4-Rivière la Taute : de la maison des ormes, commune de Montmartin en Graignes, jusqu'à l'ecluse de la RN 13, commune de ST Hillaire-Petitville, en rive droite seulement.

5-Canal des Graviers : Commune de Carentan (totalité du plan d'eau).

6-Rivière la Sélune : Plan d'eau "de la roche qui boit", rive droite , lieu dit " la fieffe au roi", commune de Vezins, de la confluence du ruisseau de "Neufbourg" en amont, à la lisière du bois en aval

7- Barrage de vézins lieu dit "bois d'Isigny" et commune de st Martin de landelles, au lieu dit La Pommeraie