Vous êtes ici --- > Le Site du Carpriverclub > les articles de Fabrice > Accueil

Le petit "ORIENT"

Par Tbr, le 19/12/2006 à 20h17

Cette année, j’ai fait 5 mini-sessions de  2 nuits dans un plan d’eau de 50 Ha réputé difficile, à Gamaches en Picardie. Les carpistes locaux l’ont renommé le «  petit Orient » Les poissons sont méfiants et les fonds sont encombrés d’herbiers, j’ai sondé une bonne partie de l’étang à la canne ( le bateau est interdit) et je n’ai pas trouvé une seule trouée !!!
Les problèmes rencontrés sont donc nombreux et il faut trouver des montages adaptés et une technique qui nous assure que ces montages soient pêchant dans ou sur les herbiers ( montages décollés, allégés, sac PVA…………. ).

Autres soucis, les tanches qui sont nombreuses et gourmandes.
Voici les résultats  de mes sessions :
Mars : Capot
Avril : Capot
Mai   : Capot
juin  : 2 carpes
Août : Capot
Jusqu’en juin, je n’ai vu que quelques carpes sautées très loin du bord ( plus de 200 mètres).Pourtant les 2 seules poisons que j’ai attrapé étaient en bordure. Après avoir essuyée différentes tactiques de pêche, différentes distances, différentes esches et amorçage, j’ai fini par faire une miroir de 13,6 kg à 2 mètres du bord.
Il avait à cet endroit une petite zone dans 1,50 m de profondeur où l’herbe était la moins haute ( 30 cm environ).
J’ai donc fais un bas ligne d’une quarantaine de centimètres en silkworm avec un hameçon n° 4 esché de 2 noix tigrées équilibrées.
Les graines descendaient doucement et se posaient délicatement sur les herbes ( des tests en eau claire ne le confirmaient )
L’amorçage se constituait  d’une poignée de tigers, mon but n’étant pas d’attraper plusieurs carpes mais une seule :celle qui passerait par là à la recherche d’une quelconque nourriture.
Trop de graine diminuerait les chances que la carpe prenne les noix piégées.
Après une nuit calme, sans avoir été réveillé ni par une carpe, ni par miss monde, j’ai enfin un départ à 6h30 du matin .

La deuxième carpe, je l’ai faite dans la roselière en pêchant à roder, l’eau jusqu’à mi cuisses, la canne tenue à la main. Je voyais des poissons à cet endroit et j’avais placé un montage classique esché  de maïs doux flottants.
30 minutes plus tard mon fil se détendait, je prend contact  et fais une miroir de 7 kg.
En août, c’était la dernière cession que je pouvais faire la-bas puisque la pêche de nuit est interdit lorsque la chasse aux canards est ouverte. J’arrive sur les lieux le Samedi  à 21 heures et je vois des marsouinages à 20 mètres du bord.

Je me dépêche donc et m’installe rapidement mais pas franchement discrètement, une fois mes cannes en action de pêche, je scrute la surface, les carpes marsouinent  toujours mais à 100 mètres plus loin puis 150 m …… Tant pis pour moi.
Le lendemain soir tout est prêt pour accueillir les carpes, malheureusement, elles ne sont jamais revenues sur le coup.


Ce plan d’eau est très riche d’enseignements, il faut faire attention à tout, il porte bien le surnom du « petit Orient ».
Si les kilomètres ne vous pas peur et que vous aimez les défis alors c’est un plan d’eau pour vous.

Fabrice Duhamel le 7/10/2002...