Vous êtes ici --- > Le Site du Carpriverclub > les articles de Ludovic > Accueil

Session de Mai

Par ludo, le 10/03/2007 à 13h38

Session en mai 2006.
Après avoir pris un max de renseignements sur ma destination de pêche où je n'étais pas retourné depuis 7 ans.


Je pouvais donc préparer ma session. Je suis arrivé en fin d'après midi sur le site.
J'ai pu profiter d'un superbe coucher de soleil, tout en observant la surface de l'eau dans l'espoir de voir "dame carpe" se manifester, afin de m'imprégner de l'atmosphère des lieux.
Le lendemain, j'ai pris une grande partie de la matinée pour échosonder.
Les fonds sont recouverts d’herbiers a part autour d’une fosse sur ma droite et deux trous sur la gauche.

Je décide de placer deux lignes  près de la fosse dans 3 à  5 m de profondeur. J'ai placé les 2 autres montages sur ma gauche en bordure de la berge dans des trouées en pente douce composées de cailloux entourés d’herbiers.
J’ai décidé d’amorcer très large,  j’ai dispersé mon amorçage,  par-ci,  par là afin que les carpes  puissent trouver mes appâts et se mettent à la recherche  d’autres zones de nourriture.

1er nuit : je n’ai rien pris,  je m’y attendais un petit peu, il fallait attendre que la stratégie se mettre en place.

2eme nuit : Bingo !!!
Le poisson me rend visite à 5 reprises, mais uniquement dans les zones de trouées.
Des carpes communes finissent  leur combat dans l’épuisette (j’adore les communes,  mais j'ai un penchant pour les carpes miroirs qui sont plus grosses dans ce plan d'eau).

3eme nuit : Après avoir diminué la zone et la quantité d’appât. J’ai passé une très bonne nuit, 9 départs dont  quelques miroirs durant dans la journée.
Malheureusement  le vent s'est intensifié et la pluie a fait  baisser la température de l'eau.


4eme nuit : j’ai pris uniquement un poisson durant cette nuit,  en raison les conditions météorologiques peu favorables
N’étant pas équipé pour supporter ces conditions atmosphériques, il était temps pour moi, de remballer avant de prendre une grosse tempête sur la tête.

Mais, je reviendrai l’année prochaine.
Ludovic Dudouit